Bulles spéculatives 2017: gaz de schiste, immobilier chinois, bitcoin, ces secteurs qui pourraient éclater en cas de krach financier



Le problème avec la spéculation reste sa rentabilité à long terme. Investir dans l’immobilier de luxe à Shanghai, parier sur le cours du bitcoin en 2017, ou considérer le gaz de schiste comme la solution miracle aux problèmes d’énergie est très risqué, surtout en cas d’éclatement de la bulle financière. Un krach boursier, et hop, tout s’effondre. On peut donc se demander si tous ces nouveaux investissements sont une vraie ou une fausse opportunité, alors qu’il existe des placements rentables.


Le gaz de schiste : pour ou contre ?


En France comme aux Etats-Unis, celui-ci fait débat, même si les deux pays ont une façon différente de traiter la question. Les USA ne retiennent que son côté prix bas, et la France sa pollution. Du côté de l’oncle Sam, son exploitation a fait la fortune des propriétaires immobiliers du Dakota, qui ont vu la demande pour se loger exploser du fait de l’arrivée de milliers de travailleurs venus chercher la fortune comme au temps de la ruée vers l’or.

Mais à trop vouloir spéculer, il est possible de se brûler les ailes et ce qui devait pousser le pays vers l’avant ressemble maintenant fort à une belle épine dans le pied. Car pour l’extraire, il faut mettre en place de gros moyens bien polluants. Si la rentabilité n’est pas aux rendez-vous, c’est retour à la case départ.


Attention aux effets d’annonce

Lorsqu’il s’agit de nouveaux secteurs, on fait souvent prendre aux petits investisseurs des vessies pour des lanternes, et la bulle augmente, jusqu’à ce qu’un possible krach financier en 2017 vienne la faire éclater. Il faut donc se montrer prudent avec tout ce qui est nouveau, car on ne sait pas où en sera la gaz de schiste dans 10 ans, quant à devenir riche

Méfiance donc, sur la communication excessivement optimiste des compagnies pétrolières, car rien ne dit que les économies réalisées viendront compenser les coûts d’extraction. Qu’adviendra-t-il alors des dettes contractées pour des gisements pas rentables ? Et puis, peut-être que dans un futur proche, la fracturation hydraulique viendra poser de vrais problèmes de conscience et que les américains vont se réveiller un matin en disant stop !



L’avis de Ségolène Royal

Notre ministre de l’écologie ne cherche pas à tergiverser. Pour l’instant, c’est non, et le débat est clos la concernant, au risque de laisser passer le train sans que la France ne monte dedans. Elle considère, peut-être à juste titre, que pour l’instant, tout n’est que spéculation sur un sujet que personne ne maîtrise vraiment. C’est vrai que l’exemple américain actuel ne lui donne pas tout à fait tord, quand on voit que mauvais côté de l’exploitation.

Toutefois, l’indépendance énergétique de notre pays passera sans doute par là et la lutte contre le chômage aussi. Aux industriels donc, de trouver un procédé d’extraction plus écologique.

Investir dans l’immobilier chinois


Ce qui pouvait sembler une bonne affaire il y a 3 ans ne l’est plus vraiment maintenant, tant l’économie chinoise montre des signes d’essoufflements, et cela est inquiétant pour tous les programmes d’appartements neufs qui ont poussés à une vitesse vertigineuse dans les grandes villes du pays, Shanghai en tête.

Mais c’est sans doute sans compter sur la capacité de réaction chinoise, qui va devoir mettre en place les solutions pour relancer la machine qui fonctionnait si bien jusqu’à maintenant. Et comme souvent, c’est la banque centrale qui va s’y coller, comme en Europe, aux USA et au Japon.

Relancer l’économie

Ce n’est que comme cela qu’investir dans l’économie chinoise va devenir rentable, mais il faut que la croissance reparte à la hausse, et pas qu’un petit peu ! Les habitants consomment moins, et cela se ressent. La solution viendra sûrement de l’intérieur, et non pas d’une augmentation des exportations. Mais le pays doit faire face à une hausse des salaires, ce qui devait arriver, les travailleurs ne voulant pas rester pauvres toute leur vie.

immobilier chinois

Il ne va pas falloir produire plus que nécessaire, mais c’est malheureusement actuellement le cas avec les grands programmes immobiliers qui ne trouvent pas toujours preneurs, tant les prix semblent disproportionnés en comparaison du niveau de vie moyen. Nous sommes quand même à 2000 euros du mètre à Pékin, un prix qui a quadruplé en dix ans. Alors, après la bulle immobilière espagnole, est-ce au tour de la Chine ?

Faut-il acheter des bitcoins pour spéculer sur une remontée des prix ?


Depuis quelques temps, la monnaie virtuelle n’a plus trop la côte, et pour cause : certaines sociétés Internet ont été pillées par arnaqueurs du web, rendant l’investissement totalement hasardeux. De plus, il se dit que certains utiliseraient cette monnaie pour régler des achats allant contre la loi, notamment sur le site Silk Road. L’intérêt de cette monnaie virtuelle est donc remis en cause, et le fait qu’on l’associe parfois au blanchiment d’argent ne va pas dans le sens de son développement.

bulle spéculative

La conséquence reste que son cours a chuté et qu’il reste très volatile. Il peut donc être source de ruine : à déconseiller. Si malgré tout, vous cherchez une alternative au bitcoin, sachez qu’il existe aussi le Lite coin (monnaie similaire au bitcoin qui connait aussi une grosse baisse).

Moralité : ce n’est pas trop l’année à spéculer. Méfiance donc, car entre la Grèce, le taux de change de l’euro et le pétrole, votre épargne va être mise à rude épreuve ces prochains mois.