Faillite des caisse de retraites complémentaires (ARRCO AGIRC) en 2017: comment protéger son argent de la crise?



Je n’aurai pas grand chose comme retraite. Ces mots, vous vous les dites, comme des millions d’actifs qui arriveront un jour ou l’autre à cette échéance fatidique. Et pour ceux qui cotisent à des complémentaires, l’avenir n’est pas plus rose, ces régimes ayant de gros problèmes de trésorerie, et beaucoup leur prédisent même la faillite d’ici quelques années si rien n’est fait pour redresser la barre. Pour protéger son patrimoine et avoir un complément de revenu passé 60 ans, il faut mettre ses économies dans les bons produits financiers. Mais où placer son argent en cas de crise ?

Faillite des caisse de retraites complémentaires en 2017 ?


Nous n’en sommes pas encore là mais le bateau prend l’eau, qu’il s’agisse des retraites des cadres avec l’AGIRC ou de celle des salariés lambdas avec l’ARCCO. Il faut dire que chaque année le trou se creuse un peu plus, et qu’il va bien arriver un moment où les caisses seront vides, malgré les cotisations élevés payées par certains. Hors, quand on sait que ces complémentaires représenteront au minimum 30%  des pensions des futurs retraités, il y a de quoi attraper des sueurs.

Pour reculer l’échéance, il y a fort à parier que l’âge de départ à la retraite le soit aussi, et qu’on arrive tout doucement à 64 ans. Mais si rien n’est fait pour restructurer durablement l’ARCCO et l’AGIRC le résultat sera le même : c’est reculer pour mieux sauter. Le dialogue social s’annonce donc houleux à l’heure de faire des choix difficiles, mais le temps presse car la faillite est proche et la solution pas encore dans les tuyaux, cela se saurait.


Comment protéger son épargne de la crise ?


Mieux vaut donc être prévoyant et avoir assez d’argent de côté pour couler des jours heureux, sans devoir racler les fonds de tiroirs chaque mois. Que faire de son argent en 2017 ?

La bourse, oui, mais à petite dose. En effet, les marchés financiers sont sur un pied, et le fil n’est pas très solide : Grèce, Ukraine, économie européenne moribonde, chute de l’euro… Chaque nouvelle est bonne pour faire descendre les cours, et le krach boursier n’est pas à exclure.

Si cela devait arriver et que vous possédez des actions, ne vendez surtout pas dans la panique. Ca prendra le temps nécessaire, mais les actions finiront par remonter. Par contre, cela prendra du temps, mieux vaut donc avoir les moyens d’attendre et ne pas être en flux tendu. Ce que vous pouvez faire par contre, c’est liquider les actions à risque et souvenez vous de cette règle répétée à loisir par Warren Buffet : on achète quand c’est bas et on vend quand c’est haut !

Dans quelle banque placer son argent ?

Il n’y a pas de banques meilleures que d’autres. En cas de catastrophe vos dépôts sont garantis à hauteur de 100 000 euros par établissement. Si vous avez beaucoup plus d’argent de côté, mieux vaut donc avoir plusieurs banques et répartir son épargne entre elles. Cela vous permettra de laisser l’argent sur vos comptes en toute sécurité, et de ne pas le retirer pour le mettre sous le matelas (à proscrire).

Si vous possédez un livret A, conservez-le malgré son rendement ridicule. L’argent est placé et rapporte un peu avec une fiscalité zéro. Même chose pour les vieux contrats d’assurance vie qui ont des avantages fiscaux de taille. Gardez le si vous en avez un.

Des placements pour se protéger


L’or bien sur, encore et toujours. Le métal jaune est une valeur refuge. Vous pouvez acheter des lingots, des pièces, des napoléons, et les conserver dans un coffre à la banque, ou bien passer par une société dans c’est le métier. Il est facile d’en acquérir. Vous serez taxé à 8% en cas de plus value, mais cela sera un moindre mal si les banques et la bourse s’écroulent.

acheter de l'or

Pour vous diversifier, pensez aux oeuvres d’art, dont les valeurs sûres ne se déprécient pas dans le temps. Elles ont l’avantage de ne pas entrer dans le calcul de l’ISF, et quand on paie beaucoup d’impôts, tout est bon pour ne pas tout se faire aspirer par l’état.

Vous pouvez aussi acheter des devises, certaines monnaies résistant mieux que d’autres aux bouleversements géopolitiques et économiques : le franc suisse, la couronne norvégienne, et le dollar de Singapour.

Enfin, la pierre. L’immobilier baisse, et cela va continuer jusqu’en 2018 au moins. C’est peut être le moment d’en profiter, d’autant plus que les emprunts bancaires ont des taux qui n’ont jamais été aussi bas. Acheter pour louer est un bon calcul. Un bon plan : les saisies immobilières.

En définitive, il faut que chacun mette en place une stratégie pour protéger son argent et donc son niveau de vie. Les dettes des états s’accentuent. Que se passera-t-il quand les pays ne pourront plus rembourser (voir l’exemple de la Grèce).