Ouvrir un dépot-vente: démarches, rentabilité, témoignages…



C’est un concept de business en plein essor avec de nombreuses nouvelles tendances à suivre (puériculture, luxe, robe de mariée…). Le dépôt-vente est un mélange de friperie et brocante qui permet de se lancer sans apport de stock. On peut même le faire sur Internet, directement de chez soi, ce qui réduit encore plus le budget prévisionnel mais n’empêche pas de faire une bonne étude de marché avant de se lancer. Si vous voulez créer un dépôt-vente en auto-entrepreneur, il faut savoir qu’il y a des formalités à respecter et des démarches à accomplir, comme pour toute entreprise.


Surfer sur la tendance


Le dépôt vente est une bonne idée de commerce et en plus c’est tendance, même si pour qu’il devienne un investissement rentable, il faudra cravacher, comme dans tous les business. S’installer à son compte, à domicile ou dans une boutique, prendre une franchise qui marche, tout est possible. Mais est-ce rentable, telle est la question.

Comme pour toutes les tendances, il ne faut pas se contenter de suivre, mais aussi innover et être performant dans son domaine. On peut choisir d’ouvrir un commerce en centre-ville, ou bien en périphérie pour avoir plus de place. Mais si vous voulez vous lancer, il y a de la concurrence, notamment dans les vêtements pour bébé. Car quand la crise est là, la récup bat son plein et c’est du gagnant gagnant.

Les acheteurs veulent du pas cher, et les vendeurs récupérer un peu de sous. Le vendeur, lui, fait l’intermédiaire entre les deux et prend sa commission au passage. La bonne formule : un dépôt vente à thème, pour se démarquer de la concurrence et devenir une référence dans son secteur, le bouche à oreille dans l’occasion allant très vite.


Dépot-vente en puériculture

Les vêtements d’enfants en occasion cartonnent, et vu la vitesse à laquelle nos bambins grandissent, on comprend pourquoi. Attention toutefois : que cela n’empêche pas de réaliser une étude de marché en bonne et due forme, pour ne pas se planter. Choisissez quelques personnes correspondantes à vos critères dans votre quartier d’implantation et posez leur des questions sur leurs attentes.

N’oubliez pas qu’il s’agit ici d’un commerce comme un autre et qu’une gestion draconienne s’impose avec un seul objectif : la rentabilité. Les banques seront attentives à votre formation (il en existe quelques une dans le domaine) et à votre expérience si elles vous prête de l’argent pour vous lancer. Si vous vous lancez dans le web commerce, assurez vous de bien maîtriser l’outil informatique.



Conseils

Un commerce bien géré, c’est une clientèle fidèle. A ce sujet, pensez à la carte de fidélité. Toujours appréciée des mamans, surtout si elles sont bonnes clientes. Même sur Internet, il faut mettre en place constamment des promotions pour déclencher l’acte d’achat.

Témoignage d’une ancienne propriétaire de dépot-vente : trouver le local adéquat est le principal souci car il faut de la place pour que les gens puissent déambuler.

A domicile, c’est possible !

Et cela, même avec le statut d’auto-entrepreneur. On peut organiser des ventes privées à la maison, entre amies, pour s’échanger les bons plans et faire profiter les copines de vêtements griffés bradés. Aller chez les gens, ou organise quelque chose chez soi, ça a un côté très convivial.

Les réunions tuperware de nos parents ont fait des émules. Ce qui n’est qu’un complément peut se transformer en une activité à plein temps si ça marche. En ce qui concerne les revenus, à chacun de voir le montant de la commission qu’il doit prendre pour son travail. N’oubliez pas de rester attractif.

L’option franchise : les avantages

C’est une autre démarche, celle de choisir l’accompagnement pour réussir. L’avantage de la franchise, c’est qu’on se lance dans quelque chose qui a déjà fonctionné ailleurs : décoration, organisation, marketing… Tout a été testé avec succès, il n’y a qu’à reproduire la formule.

La rentabilité, en principe, doit être au rendez-vous même si en matière de business, rien n’est gagné d’avance. Il faut voir la franchise comme un partenariat, mais celui-ci n’est pas gratuit : droit d’entrée, redevance annuelle… Faites bien vos comptes avant de vous lancer.

Nouvelle tendance : depot-vente en ligne d’articles (vêtements, accessoires) de luxe

SI la puériculture marche fort, la mode est aux fringues de créateurs. Quand on aime la mode, on a pas forcement les moyens de changer régulièrement de garde robe. L’occasion est une solution pour le faire à moindre coût. Sur Internet, les dressings fleurissent, et qu’il fait bon s’y promener pour faire son marché ! Pour les consommatrices, c’est l’occasion de revendre les pièces qu’elles ne mettent plus.

Définition, démarches et formalités


Dès qu’on commence à parler de réglementation, les dents grincent. Pourtant, il faut bien passer par là, nous sommes en France, rappelez-vous. Car si l’étape consistant à trouver un nom d’entreprise original sera la plus sympathique, d’autres le seront moins. Comment devenir riche sans rien faire ? (Pas en ouvrant un dépôt vente en tout cas). Il faudra créer son entreprise, et pour cela enregistrer les statuts au greffe du tribunal de commerce.

dépôt vente de vêtements

L’activité est très réglementée, comme celle des antiquaires et des brocanteurs. Ainsi, il faudra tenir un registre de revente d’objets et de mobilier usagés. Il faut donc faire sa demande d’inscription auprès de la préfecture de police à Paris ou de la préfecture dans les autres départements. Tenir ce registre est une obligation, surtout pour les objets qui valent plus de 60 euros. Pour les métaux précieux, un livre de police différent devra être ouvert.

La loi concernant la vente d’objets mobiliers usagers est stricte. Tout ce qui est vendu en seconde main doit être clairement répertorié. Ainsi, le nom et l’adresse des vendeurs doivent être clairement indiqué, pour tous les objets, ceci afin d’éviter le vol et le recel.Les registres doivent être conservés pendant 5 ans.

Le dépôt-vente de voitures


De plus en plus de franchises ouvrent en ce sens, c’est signe qu’il y a un marché pour cette activité là. Pour que ça marche, il faut être au plus près des clients, avec un service irréprochable.

Des nouvelles franchises basées sur le concept des agences immobilières

Les services apportés sont à peu près les mêmes, la fonction principale étant de faire le médiateur entre les acheteurs et les vendeurs. Les commerciaux démarchent, estiment, font leur argumentaire de vente, et une fois l’affaire faite, ils s’occupent des démarches administratives.

Ce nouveau métier nécessite quand même d’avoir de l’expérience dans les voitures, chacun ayant des besoins spécifiques et différents. Pour les franchisés, l’avantage et de ne pas avoir besoin d’un grand local ni de s’installer en centre-ville.

Des exemples de franchise

Nous en avons sélectionnés quelques une, mais il y en a d’autres.

  1. TransakAuto : un apport de 16000 euros qui correspond aux droits d’entrée. Investissement global de cette somme x2.
  2. Autoeasy : apport personnel de 10000 euros + droit d’entrée de 15000. Une petite redevance sera demandée pour le fonctionnement et la publicité.
  3. je-vends-votre-auto-com : un investissement global de 25000 euros nécessaire pour un CA attendu de 120 000 au bout de 2 ans (marge brute).

Se lancer sans franchise: la proximité et le service avant-tout

C’est aussi possible de le faire seul, sans l’aide d’un concept qui a déjà marché ailleurs. C’est qu’il faut avant tout, c’est bien définir la teneur de son projet, à savoir si vous voulez avant tout rester un intermédiaire, ou bien acheter pour revendre.

Ce n’est pas le même métier, ni le même investissement de départ. Ce qu’il faudra, en revanche, c’est un local adapté. Le lieu d’implantation est important, d’où la nécessité de faire une bonne étude de marché. L’investissement de départ, lui aussi, est important.

Attention avec la vente de voitures d’occasions : pas de place pour l’approximation, surtout si vous vous engagez sur l’état du véhicule. C’est donc l’expérience qui fera la différence, puisqu’il n’y a pas de diplôme requis pour exercer.


Vous voulez vous lancer dans le commerce ? A lire également :