Les meilleurs sites de prêts et dons d’argent entre particuliers en France progressent !



Le financement participatif est clairement en train de devenir une réalité en France. Alors que le prêt aux particuliers et aux entreprises par d’autres particuliers est déjà monnaie courante aux États-Unis, en France l’activité n’est apparue que récemment. En revanche le secteur a fortement rattrapé son retard en 2016, pour enregistrer une récolte de fonds 2 fois supérieure à celle de l’année passée. Toutes les tranches d’âge y participent, de 18 ans à plus de 65 ans. Entre le don avec ou sans récompense, le prêt avec ou sans rémunération et la prise de participation en capital, le crowdfunding a généré 152 000 000 d’euros en 1 an. 2017 ira t-elle sur la même lancée ?


Les dons sans récompense et les prêts ont toutes les chances de succès


Depuis l’apparition des plates-formes de financement participatif en France, 64 500 projets ont été mis en ligne. L’année dernière en a vu 20 380, ce qui représente 30 % de tout le volume depuis presque une décennie.

Le baromètre du crowdfunding  en 2015 enregistre 4 types de projets : demande d’investissement en capital, demande de micro-prêt personnel, demande de don sans récompense et de dons avec récompense. Et de ce côté une surprise attend le lecteur, qui apprend ainsi que les projets de demandes de dons avec récompense n’ont que 57 % de chances d’aboutir. C’est toujours mieux que les demandes d’investissement en capital, et leurs 54 % de taux de réussite. Ce qui marche sur les plates-formes de financement participatif, c’est surtout les demandes de prêts affectés et de dons sans récompense, qui enregistrent chacune 99 % de réussite.


Une nouvelle source de financement pour les commerces et services

Les 7 plates-formes de prêts rémunérés observés par le baromètre du crowdfunding, sont utilisées à 78 % pour financer des commerces et services. Il est demandé aux porteurs de projets de décrire leur activité, et la nature de leur investissement.

Nous sommes donc dans le cadre d’un prêt dit « affecté », qui ne correspond donc pas à un prêt de trésorerie ou pour les personnes en difficulté qui recherchent un don. Le prêteur sait à quoi les fonds vont être utilisés, et les gérants de la plate-forme doivent vérifier que le capital ainsi levé est effectivement utilisé pour ce qui a été annoncé.



Le financement participatif représente donc une nouvelle solution pour l’entreprenariat

Las des conditions toujours plus restrictives des banques, les commerçants, auto entrepreneurs et directeurs de start-up se tournent maintenant vers le prêt d’argent entre particuliers pour les accompagner dans leur activité. En 2014, ils ont représenté 43 % des projets de financement des plates-formes en capital.

Derrière eux viennent les projets sur la santé et l’environnement, qui ne sont que 5 % à utiliser les solutions de prêt non affectés. Les entreprises de technologies font par essence appel à l’investissement en capital, elles ont représenté 25 % des projets des plates-formes spécialisées.

L’immobilier participatif fait son apparition, 6 % des projets des plates-formes de crowdfunding en apport de capital ont concerné l’investissement dans la pierre.

La culture, principal acteur des plates-formes de dons


Les sites de dons entre particuliers représentent une part importante du financement participatif, avec 38,2 millions d’euros de fonds collectés en 2016. Même si les projets de dons avec récompenses ont moins de chance d’aboutir, ils représentent toujours le volume le plus important avec 33,5 millions d’euros, contre 4,7 millions d’euros pour le don sans contrepartie.

Le montant moyen du don sans contrepartie se monte à 62 €, contre 58 € pour les dons avec récompense. Les projets culturels représentent 73 % des demandes déposées avec récompense, et 30 % sans récompense. Dans cette dernière catégorie les projets relatifs à la santé et l’environnement comptent également pour 30 % du volume, mais ce sont les actions solidaires qui tiennent le haut du pavé, avec 40 % des projets déposés.

don solidaire

Ces types de financements concernent notamment les crédits solidaires, la plate-forme de prêt entre particuliers Prêt d’Union n’étant pas membre de l’association. Dans le domaine du financement pur, les projets proposant un prêt d’argent rémunéré ont pu récolter en moyenne 65 448 €. Le montant moyen collecté pour les emprunts non rémunérés se monte à 1326 €.

Des participants de tous les âges, de tout budget

don gratuitLe budget moyen varie grandement en fonction de la nature du projet. Sans surprise les prêts rémunérés sont les moins importants avec 87 € par donateur en moyenne, tandis que l’investisseur moyen prête 561 € contre rémunération. Dès lors que l’on se dirige vers l’investissement dans le capital d’une société, la bourse grimpe à 4470 € de moyenne.

Les investisseurs en capital sont majoritairement âgés de 35 à 49 ans (46 %), puis viennent la tranche d’âge des 50 – 64 ans (31 %). Les 35 – 49 ans sont d’ailleurs les plus actifs sur les plates-formes de financement participatif. 41 % des acteurs de cette tranche d’âge choisissent de prêter, et 34,5 % accordent des dons.

On retrouve également les prêteurs dans toutes les tranches d’âge, particulièrement les 25 – 34 ans (20,5 %) et les 50 – 64 ans (20 %).