Revendre un nom de domaine: ça peut rapporter gros !



Il est facile de gagner de l’argent avec Internet, en investissant dans les noms de domaine. Les NDD ne coûtent pas cher à l’achat, mais peuvent se revendre avec une belle plus-value, à condition d’être le propriétaire d’un terme recherché par les entreprises. Acheter des noms de domaine pour les revendre est devenu un vrai business, certains passant même par la vente aux enchères pour s’en séparer. Attention toutefois à ne pas vous tromper sur l’estimation de votre propriété : il y a aussi des NDD qui ne valent rien. Méfiance donc si vous êtes à l’achat.


Devenir riche avec la revente d’un nom de domaine


Le roi du secteur, et celui qui est pour beaucoup un exemple à suivre se nomme Rick Schwartz. Il ne se concentre que sur les termes qui peuvent lui faire gagner des millions de dollars, et pour lui, ça fonctionne. Il est exemple parmi d’autres de ceux qui ont fait de cette activité un métier lucratif à l’étranger, même si tout reste dans le virtuel.

Un domaineur achète un nom de site qui est libre. Une fois propriétaire, il peut choisir de le monétiser lui même ou bien de faire grimper les enchères pour le vendre au plus offrant. Si vous achetez un NDD avec le terme banque à l’intérieur, il y a fort à parier que vous allez intéresser les poids lourds du secteur, à condition d’en trouver un de libre auquel personne n’avait encore pensé.

Mais les poules aux oeufs d’or sont de moins en moins nombreuses, il va donc falloir vous creuser la cervelle pour anticiper les prochaines tendances. Les véritables gagnants sont ceux qui ont acheté au début du net, il y a 20 ans, même s’il reste encore de gros coups à faire.


Les conseils d’un domaineur, expert en achat-revente

Comment vendre un nom de domaine ? Pour que cette activité rapporte un jour de l’argent, il faut faire les choses dans l’ordre et pas par dessus la jambe. D’abord, sachez que l’enregistrement à un coût, d’environ 10 euros par an. Et encore, il s’agit là d’achat auprès de sociétés étrangères comme OVH, les français étant un peu plus chers.

Ainsi, posséder 1000 noms de domaine, c’est 10 000 euros à sortir chaque année, et les échéances font mal au portefeuille du domaineur français qui a été trop gourmand. De la même façon, ne vous risquez pas à acheter des noms de sociétés. C’est puni par la loi, à partir du moment où vous ne les exploitez pas.



Bien vendre

Reste la question de la vente. Où trouver l’acheteur, et à quel prix ? Tout va dépendre des mots-clés qui s’y trouvent et de leur fréquence de recherche sur le web. Plus un terme est demandé par les internautes, et plus un nom de site le contenant aura de chance d’être bien positionné sur les moteurs de recherche. A partir de là, les acheteurs, qui ont des outils d’analyses pointues se manifesteront.

Vous ne devez donc acheter qu’en pensant à la revente, et ne pas vous focaliser sur les NDD à faible valeur ajoutée. Une fois l’affaire conclue, la transaction peut prendre un peu de temps car il y a quelques formalités à respecter. Enfin, comme pout toute entreprise, n’oubliez pas de prendre en compte la fiscalité.

SEDO : le plus gros site d’enchères


C’est une place des marchés gigantesque virtuellement depuis 10 ans, avec plusieurs millions de membres. Le monde entier (ou presque) s’y donne rendez-vous pour acquérir ou vendre des NDD. Le catalogue en .com est important, et pour 100 euros, on peut déjà en acquérir un avec un peu de potentiel. Plusieurs formules d’achat : à prix fixe, aux enchères, après négociation. SEDO s’occupe du transfert une fois l’affaire faite.

vendre un nom de domaine

Les tendances du marché

Le prix moyen de vente est à la hausse pour le .com et le .fr, le .net et le .org ayant tendance a régresser. L’année dernière, un seul nom de domaine a dépassé le million. Il est donc encore possible de gagner de l’argent avec ce système, mais beaucoup moins qu’avant. Pour l’anecdote, ebola.com a par exemple été vendu plus de 150 000 euros. Il y en a que l’actualité dans ce qu’elle a de pire inspire… Même france.com a récemment été vendu.

Les NDD font partie de ces investissements auxquels on ne pense pas. C’est un marché de niche qui mérite qu’on s’y intéresse. Il n’est pas nécessaire d’avoir de grandes connaissances informatiques pour y exceller comme c’est le cas dans l’Internet des objets . Il faut juste avoir du nez, comme souvent.