Les secteurs d’activités qui marchent: le guide 2017 pour monter son entreprise (franchise, auto-entrepreneur, business porteurs…)



La petite entreprise est un marché en expansion. Ouvrir un business rentable est un projet pour beaucoup, qu’ils soient jeunes diplômés, chômeurs de longue durée ou cadres voulant changer de vie. Reste à connaître les secteurs d’activités en croissance pour ne pas se planter. En tout cas une chose une certaine : entrepreneur est un métier d’avenir.


Ouvrir une enseigne franchisée : aller voir ailleurs ce qu’il s’y passe


Mise à jour 25 avril 2017.

C’est un marché porteur. Les franchises qui marchent à l’étranger sont de bonnes idées de business pour un auto-entrepreneur débutant. Les secteurs qui marchent en 2017 ailleurs sur la planète concernent les applications pour téléphone mobile entre autres.

Dans la série des bonnes idées, les meilleures franchises du moment sont celles qui innovent et qui prennent des risques, en inventant un nouveau concept. Pour ne pas louper l’affaire du siècle, restez connectés à l’actualité des start-up qui sont un bon baromètre de ce qui va révolutionner le monde.


Se servir de ce qui existe déjà

L’avantage de se lancer avec un petit budget ( si c’est possible) dans quelque chose qui a déjà fait ses preuves ailleurs, c’est qu’on a entre les mains une enseigne qui a bien fonctionnée. Donc, en appliquant bien la recette, on devrait aussi pouvoir en retirer du profit.

Parmi les idées récentes qui ont rencontrées leur public en France : les yaourts glacés, ou les salons de coiffure express, sans rendez-vous. Si vous voulez réussir, prenez donc un billet d’avion et parcourez le monde. Vous y puiserez toute l’inspiration nécessaire.



Une franchise de salon de coiffure express

Il fallait y penser, mais beaucoup de gens n’aiment pas passer des heures dans un salon de coiffure. L’idée est donc de coiffer et de couper les cheveux très vite, sans faire de shampoing. Cette franchise s’appelle BEAUTY BUBBLE, et permet de se faire pomponner en 10 minutes pour 10 euros. C’est pas cher et rapide.

Au niveau de l’investissement demandé, il faut avoir environ 20000 euros à mettre dans le projet. Pas de boutique à proprement parler, mais des espaces dans des lieux fortement fréquentés : gares, aéroports, centre commerciaux… Ces petites surfaces permettent de dégager une rentabilité maximale sans investir trop d’argent : pas de rachat de fonds de commerce, pas de travaux…

La franchise, elle, cartonne et les BEAUTY BUBBLE s’ouvrent un peu partout dans des endroits emblématiques, à Paris et en province. Il n’est pas nécessaire d’avoir fait des études de coiffure pour devenir franchisé de l’enseigne (mais il faut en embaucher au moins un de diplômé). Mieux vaut être un bon gérant, avec des aptitudes commerciales et financières.

Une franchise de yaourts glacés

Le marché du yaourt glacé en France augmente car c’est à la mode, popularisé par les youtubeuses.

A l’étranger, ça cartonne déjà depuis un bon moment, là où les glaces reculent. Le frozen yogurt, c’est l’avenir du dessert rafraichissant, car très branché et peu calorique.  Beaucoup de parfums et de toppings sont proposés aux clients.

On en trouve même en libre service (Tutti Frutti). Ne pas avoir d’employés réduit considérablement les frais fixes, c’est la borne automatique qui s’occupe de tout (ou plutôt le client, qui paye pour faire le travail). Plusieurs nouveaux points de vente sont prévus en France.

Exemple de franchise

LLAOLLAO, pour un apport total de 90000 € (dont 15000 de droit d’entrée), avec une formation inclus et des aides au financement possibles.

Attention : cette somme ne comprend pas le droit au bail, tout dépend donc du local, de sa taille et de son lieu d’implantation, sachant qu’il faut privilégier le centre ville ou les stations balnéaires. Comme dans presque toutes les franchises, il faut reverser annuellement des royalties et une somme pour la publicité.

Le statut d’entrepreneur en 2017


Il ne peut que s’amplifier. Il faut dire que c’est un statut qui marche fort et qui permet de faire baisser le nombre de demandeurs d’emplois. Car les politiques défendent bec et ongles les petites entreprises et la simplification de toutes les démarches pour en créer d’autres.

Pour les auto-entrepreneurs, le plafond d’activité a récemment triplé et est passé à plus de 248000 euros pour une activité commerciale ! Une bonne façon d’encourager la création.


L’IDÉE QUI MARCHE : monter une pizzeria


Quel capital minimum pour démarrer son entreprise ?


Qu’il est loin le temps où il fallait avoir les poches pleines pour pouvoir se mettre à son compte. Aujourd’hui, un euro symbolique suffit pour créer sa société, même s’il en faudra beaucoup plus pour lui mettre le pied à l’étrier.

Mais l’apport personnel, lui, peut se limiter à cette somme là. Le capital minium n’est donc plus de mise, sauf pour les sociétés anonymes. Pour l’EURL (associé unique) ou la SARL (2 associés ou plus), un euro, c’est suffisant.

Mais l’apport en capital va dépendre de la teneur du projet

Tout dépend s’il y a un droit au bail à acheter, un stock à créer, et des prêts à obtenir. Car la banque ne prêtera que s’il y a un apport personnel en rapport avec la demande de crédit, soit au moins 1/3 de la somme.

De plus, les fournisseurs regardent souvent le capital minimum pour s’assurer du sérieux d’une entreprise. Et 1 euro ne leur inspire pas d’accepter un paiement à 30 jours ou plus.


IDÉE ORIGINALE : investir dans une ferme


Dans quel domaine créer son entreprise ? En France aussi, il y a de bons concepts

Il n’y a pas que les étrangers qui soient capables de cartonner dans le biz, les français, s’ils s’en donnent la peine, le peuvent aussi !

La preuve avec tout se qui touche au luxe, qu’il est possible d’implanter ailleurs, notamment dans les pays du Golf. Les vêtements haut de gamme, les bijoux, les parfums, les belles montres…

Quelle entreprise créer en 2017 ?


Les auto-entrepreneurs, s’ils ont bien la fibre commercial en eux manquent parfois d’idées, surtout quand il s’agit de se trouver un complément de revenu si on souhaite conserver son activité professionnelle. La liste à suivre n’est pas exhaustive, mais elle peut faire s’allumer la petite ampoule dans votre esprit avide de se lancer.

  • Apporter un service à domicile : s’occuper d’une vieille personne en lui préparant son diner et en lui faisant les courses et le ménage, faire des massages ou de belles coupes de cheveux, tondre les pelouses.
  • Proposer un service : baby sitting, informatique, jardinage, déménagement, conseils ou aide à remplir les documents administratif.
  • Mettre en avant vos compétences : dans le sport, dans les matières scolaires, dans un art, la musique ou les langues étrangères.
  • Avoir la bonne idée : qu’elle concerne l’artisanat, l’écologie, la nourriture.
  • Travaillez à la maison : faites du repassage chez vous, construisez des meubles, préparez des repas que vous irez vendre sur le marché…

Bref, il n’y a pas une direction à prendre, il y en a 100 000. Reste à trouver celle où vous vous sentez le mieux, et qui corresponde à vos inspirations (ce qui vous permettra, le cas échéant, de gagner un peu mieux votre vie).


ON N’Y PENSE PAS MAIS CA MARCHE : ouvrir une friperie


Un point sur le statut d’auto-entrepreneur

Il fait le une de l’actualité depuis 10 ans, et on a bien failli lui couper les vivres avant qu’il renaisse de ses cendres. Mais pour une fois qu’une mesure économique fait le consensus dans les deux camps, il aurait été stupide de la remettre en question.

auto entrepreneur

Non seulement, cela n’a pas été le cas, mais elle vient même d’être renforcée, surtout pour ceux qui tirent le diable par la queue.

L’avancée concerne la cotisation foncière des entreprises

Celle-ci remplace maintenant les taxes professionnelles. Et le mieux que l’on puisse dire, c’est que les auto-entrepreneurs se mobilisent pour la faire sauter. C’est son mode de calcul qui pose problème : les collectivité fixe son montant en fonction des locaux de chacun, même quand l’activité ne dégage pas de chiffre d’affaire (et je ne parle pas ici de bénéfice).

Le pouvoir leur a donné satisfaction, en les exonérant de la CFE si pas un euro n’entre dans les caisses. Si vous venez de recevoir votre avis, il se peut que vous y échappiez quand même. La nouvelle est donc rassurante pour celui qui démarre, et qui ne va pas être plombé par cette taxe là (il en paiera assez quand son affaire fonctionnera). Mais quid des petits CA ?

Des mesures à prendre pour les petites entreprises

Donc pour le moment, celui qui a gagné un peu d’argent, même une somme minime doit payer. Si la CFE était progressive, cela arrangerait les petits mais ferait grogner les gros.


C’EST A LA MODE : ouvrir un magasin de jeux vidéos


Les secteur économiques porteurs


Le futur


Parlons des gros justement. De ceux qui voient grand, avec l’idée de devenir riche. Si, si, ça existe, et c’est possible. Cela ne surprendra personne si dans ce domaine, ce sont les nouvelles technologies qui sont à l’honneur, en particulier les objets connectés.

ouvrir un commerce internet

Même si les lunettes de Google ne sont pas encore entrées dans les moeurs, il a fort à parier que la domotique va tout révolutionner et changer nos habitudes.

Et les start-up lèvent des millions d’euros auprès des business angels prêts à financer les recherches avec des perspectives de gains importants. Les sociétés qui se sont lancées dans les imprimantes 3D en sont la preuve.

Faire du commerce sur le net

Là, nous sommes dans le présent. Les commerces en ligne se multiplient comme des petits pains, et deviennent des poids lourds de l’économie. L’exemple de vente-privée est le plus emblématique. Mais il y a encore des choses à inventer, en particulier dans la vente et la fourniture de services.

La santé

Mais il n’y a pas que les robots qui ont le vent en poupe. Les cigarettes électroniques aussi. Vapoter vient même d’entrer dans le dictionnaire.

Et avec le nombre de fumeurs qu’il y a dans le monde, le marché est colossale. Les premiers à avoir transformer leur taxiphone en boutique de ce genre ont fait des fortunes.

Reste que la concurrence s’est organisée et multipliée, et que l’effet de mode dissipé, la croissance est redevenue régulière et modérée. A moins, qu’un scandale de santé publique associée aux produits utilisés éclate un jour.

Prendre soin de soi, c’est aussi manger mieux. Le gluten free est dans tous les rayons de supermarché, propulsé par des sportifs aux résultats éclatants. Avoir une alimentation sans blé, et sans produits laitiers est à la mode. De là à devenir tous des champions de tennis, il n’y a qu’un pas.

C’est mieux se soigner également, avec des vaccins qui respectent notre corps, des médicaments bio…

L’écologie

Tout ce qui touche à l’énergie, et à la façon de ne pas la dépenser inutilement. Au recyclage aussi, et à la lutte contre la pollution. Qui saura inventer la voiture électrique performante ?

Citons aussi les produits de beauté bio, la nourriture saine, les matériaux de construction qui ne donnent pas le cancer…

Les transports

Si vous avez de l’énergie, et que vous ne craigniez pas de vous lancer dans la circulation, alors ce secteur est fait pour vous.

Que vous soyez chauffeur de véhicule de tourisme, à la tête d’un rickshaw ou d’un vélo, le marché s’ouvre, surtout à Paris où les habitants considèrent qu’ils ne sont pas assez nombreux.

Les personnes âgées

Nous sommes tous appelés à en devenir une, si on a de la chance. Et nous voudrons profiter de la vie et de nos économies le plus longtemps possible.

Toujours plus nombreux, il faudra adapter les voyages et les activités, sans parler de l’aide à domicile. Un secteur passionnant pour qui sait bien s’y prendre.

Le tourisme

Là il faut savoir où on met les pieds, et comprendre que ça peut prendre, ou pas. On peut choisir de faire visiter sa ville à pied, de monter une table d’hôte, ou une petite auberge dans le Cantal. On peut aussi s’intéresser à certaines minorités, et leur proposés des produits adaptés.

On aurait pu aussi parler des secteurs à éviter, de ceux qui se cassent la gueule, de ceux qui ne rapportent pas un euro, mais on pense, à juste titre, qu’il faut positiver er donner les exemples qui fonctionnent.

A vous d’y piocher une idée, une source de motivation ou une direction à prendre. Quand vous aurez donné vie à votre projet, une chose est sûre : vous ne serez plus jamais le même.